Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 mai 2017

Les carnets de Gaston Chapuis (326)

      Il reste seul avec ce qu'il sait. Il n'attend rien de la vie, hormis la mort. Celle-ci lui tient à la fois chaud et froid comme pour le tenir en vie.



      - On l'apprend peu à peu ou par étapes brutales : on ne vit pas pour survivre, on vit pour trépasser. Et on trépasse pour revivre. En fait, il est impossible de disparaître.

     - Hélas !

     - Je ne vous reprocherai pas d'être optimiste.

     - Le perspective de ne pas pouvoir disparaître m'accable.



      La tragédie en sait long sur la vie. On a beaucoup à apprendre d'elle. En substance ceci : il n'y a qu'un grand voyage à faire.



      Un désespéré ? Non. Il allait devenir fou, et quand il fut près de le devenir, ou plutôt quand il commença de le devenir, il eut la lucidité et le courage de se regarder en face... Quelle horreur de se voir fou !



      Avant d'aller se pendre, il laisse sur son bureau un pistolet chargé et ce mot : « Bien chère épouse, si le cœur t'en dit... »


 

      Cette femme se sent tellement en paix avec elle-même qu'elle en est un peu inquiétante.



      Peut-on le taxer de théophobie ? Selon sa pensée, chaque mort est une raison supplémentaire d'en vouloir à Dieu. Quelle idée se fait-il de lui pour déplorer de n'être pas immortel ? Il ne reconnaît que trois états de la matière vivante : la matière stupide, la matière heureuse, la matière souffrante.



      Quelquefois, par chance, le cœur s'arrête de battre comme cela, tout d'un coup. Il y a vraiment de quoi louer Dieu.



      Le défunt est toujours seul à son enterrement. Il a perdu son corps, c'est une âme sans chair, sans lien avec les vivants.



      À y regarder de près, au fond, ce n'est jamais vraiment elle qui fait le bien, c'est quelque chose en elle de supérieur à elle, et à l'inverse, ce n'est jamais vraiment elle qui fait le mal, c'est quelque chose en elle d'inférieur à elle. Aussi croit-elle à Dieu et au Diable non sans raison valable, et peut-être en ayant tout lieu d'y croire.



      - Dieu est terrible, mais Il est Dieu.

      - Terrible, pourriez-vous le jurer ? Rien n'est moins certain que Dieu soit le créateur de la terre et du ciel.

      - Diable ! qui serait-ce donc ?

      - Le Diable, précisément.

      - Mais où serait Dieu ?

      - Dans l'amour, dans la conscience morale.

 


      Le piège, c'est soi. Chacun est pris dans son ego. Seigneur, sortez-nous de nous-même !



      L'incroyance, frigidité spirituelle ?



      Avoir envie de vivre, avoir envie de pécher.



      Le jour du Jugement dernier, nous aurons tous besoin d'un bon avocat.



      Il crève de soif avant de se tuer.

      Il se sert à boire.

      Boire le soulage.

      Il s'accorde un second verre d'eau, le savoure...

Écrire un commentaire